FEP - Fédération d'Entraide Protestante  /  Forum mondial sur les réfugiés

Forum mondial sur les réfugiés

Accueil de l’étranger
Calais, France - January 30th, 2016. A group of Syrian refugees playing football with charity workers at 'The Jungle'.

Les 17 et 18 décembre 2019, le premier Forum mondial sur les réfugiés (GRF) a réuni un large éventail d'acteurs pour annoncer des contributions et des engagements concrets afin d'atteindre les objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés.

Le GRF représente une occasion importante pour les États, les organisations internationales et régionales, autorités locales, organisations de la société civile, universitaires et secteur privé, de développer leurs engagements à renforcer la protection des réfugiés dans le monde entier et à partager la responsabilité de l'accueil et du soutien des réfugiés dans des sociétés d'accueil inclusives.

Les objectifs du Pacte mondial

L’un des quatre objectifs du Pacte mondial sur les réfugiés est d’élargir l’accès aux solutions des pays tiers en augmentant les programmes de réinstallation et de développer l’accès à des voies légales complémentaires. Dans un texte commun, 11 organisations appellent les États et toutes les parties prenantes à développer des voies complémentaires accessibles pour fournir des solutions supplémentaires, protectrices et durables aux besoins de protection internationale.

Parmi ces recommandations :

• Des voies légales complémentaires devraient être développées en plus des engagements existants des États de respecter le plein accès au droit d’asile pour toutes les personnes ayant besoin d’une protection internationale. Ces voies ne doivent ni compromettre les programmes de réinstallation ni remplacer la possibilité de demander l'asile sur le territoire ou aux frontières.

• Les voies complémentaires devraient être pleinement accessibles aux personnes ayant besoin d'une protection internationale, ce qui devrait inclure la suppression des obstacles administratifs et légaux par les États. Les procédures sont longues et peuvent avoir un impact considérable sur les personnes relevant de la compétence du HCR, en particulier les personnes vulnérables comme les femmes exposées aux violences et les enfants. L'accessibilité comprend également un partage d'informations approprié et qualitatif avec les personnes concernées et le personnel formé des autorités publiques.

• Comme souligné dans le Pacte mondial sur les réfugiés, les voies complémentaires devraient contenir des garanties de protection et fournir des solutions durables aux réfugiés. Garantir des parcours complémentaires axés sur la protection comprend également la fourniture de services aux réfugiés depuis l'identification, l'évaluation et la préparation au départ, l'accueil et les besoins d'intégration à long terme.

Les besoins spécifiques et les situations de vulnérabilité devraient être identifiés dans toutes les voies complémentaires et les programmes devraient inclure des réponses et un soutien appropriés, y compris des conseils juridiques, un soutien social et une médiation culturelle.

• Les organisations mettant en œuvre des parcours complémentaires et les États devraient garantir des processus d'identification transparents et équitables. Les États devraient être responsables et transparents dans la gestion des voies complémentaires mises en œuvre au niveau national. Plus globalement, une approche plus systématique de la collecte de données sur les voies légales devrait être développée par les États en partenariat étroit avec toutes les parties prenantes impliquées dans les voies complémentaires.

• L'implication des communautés et des autorités locales dans le soutien aux réfugiés est un outil clé pour mettre en œuvre des parcours complémentaires et créer une société d'accueil inclusive et devrait être développée dans le plein respect et en plus du rôle des intervenants sociaux professionnels. Les activités de formation et de renforcement des capacités devraient être élargies pour renforcer la mobilisation existante et partager les expériences et les pratiques pour élargir les programmes et créer de nouvelles mobilisations.

Les travailleurs sociaux professionnels, les groupes de citoyens et les communautés devraient travailler en complémentarité et en plus des services institutionnels pour garantir l’accès aux droits des bénéficiaires.

GUILHEM MANTE
Coordinateur de programme « Accueil de l’Etranger »



Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :

Pour aller plus loin