FEP - Fédération de l'Entraide Protestante  /  De Beyrouth à Paris

De Beyrouth à Paris

Accueil de l’étranger

Portrait de Soledad André chargée de mission pour la Fédération de l’Entraide Protestante

Accompagner les réfugiés depuis le Liban jusqu’en France c’est possible grâce aux couloirs humanitaires.

Ils font l’objet d’un protocole signé en mars 2017 par l’État et cinq partenaires dont la Fédération de l’Entraide Protestante et la Fédération protestante de France.

L’objectif est d’accueillir 500 personnes de nationalités syriennes et irakiennes ayant un besoin de protection renforcée et se trouvant dans des camps au Liban. Tout au long de leurs parcours ces personnes sont accompagnées depuis leur démarche de demande de visa français jusqu’à leurs démarches administratives en France.

Afin de leur éviter un périple clandestin, dangereux, coûteux, voire mortel, l’État français délivre des visas au titre de l’asile à ces réfugiés Des réseaux citoyens, accompagnés par des travailleurs sociaux hébergent et accompagnent ces personnes dans leurs démarches.

Avant leur arrivée en France, une préparation importante des familles au Liban est nécessaire.

Sur place, Soledad André, envoyée du Défap au Liban et chargée de mission pour la Fédération de l’Entraide Protestante (FEP) s’occupe des couloirs humanitaires. De Beyrouth à Paris, Soledad a la mission de les accompagner tout au long de leur parcours et de les aider à constituer des dossiers pour obtenir du consulat un visa humanitaire.

Accordé en priorité aux personnes les plus vulnérables, ce visa leur permettra de venir en France afin qu’ils recommencent une nouvelle vie.

Avant le départ, Soledad doit se déplacer pour rencontrer ces familles qui sont réparties aux quatre coins du Liban. De Beyrouth à la plaine de Bekaa, elle est en charge de visiter leur lieu d’hébergement et de les préparer aux entretiens pour le consulat. Ces rencontres et échanges lui permettent de constituer des dossiers traduits en français retraçant leurs parcours souvent marqués de récits chaotiques, violents et traumatisants.

Deux jours par mois, Soledad accompagne les familles au consulat pour déposer leur dossier et ainsi leur permettre d’obtenir un visa . D’autres associations et organisations internationales sont également présentes, ce qui permet de nouer des liens sur le terrain. Que ce soit le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), International refugee assistance project (IRAP) ou Médecins sans Frontières (MSF), ces organisations orientent vers Soledad des familles et personnes réfugiés au Liban et particulièrement vulnérables.

Ce processus assez long, mobilise énormément de monde tant au Liban qu’en France. Au siège de la FEP à Paris, la plateforme d’accueil de l’étranger centralise les propositions d’accueil de familles réfugiées par des collectifs citoyens..
Quant à Soledad elle doit organiser le voyage vers la France et accompagner les familles dans l’avion jusqu’à Roissy quelques fois, où elles sont reçues par un comité d’accueil.

De l’accueil des réfugiés à la scolarisation des enfants, les collectifs citoyens appuyés par des travailleurs sociaux devront les aider dans leur quotidien. Il y a également un très long travail autour de la traduction, car la plupart des réfugiés, parle uniquement arabe, peu parle anglais et très peu le français. A ce jour, 250 personnes ont pu bénéficier de ce dispositif d’accueil mis en place par la FEP.

 

Pour retrouver le portrait complet de Soledad André cliquez ICI

Pour consulter le dernier rapport du couloir humanitaire cliquez ICI

 



Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :