FEP - Fédération de l'Entraide Protestante  /  La jeunesse s’engage, engagez-vous pour la jeunesse !

La jeunesse s’engage, engagez-vous pour la jeunesse !

Enfance – Jeunesse

« Jeunesse en première ligne de la crise », « L’emploi des jeunes alarmant », « Une génération mal dans sa peau »… la société, l’État, les médias n’ont de cesse de cibler « la jeunesse » comme une priorité absolue.

Les relations entre les jeunes et la société sont au centre des préoccupations

Au regard d’une image très défaitiste de cette jeunesse et de son avenir, par opportunisme ou par réelle volonté d’améliorer la situation, les relations entre les jeunes et la société sont au centre des préoccupations, et ce depuis de nombreuses années.

Les conséquences sont multiples : évolution continuelle des programmes scolaires ; création par l’État d’outils comme le Service national universel, redécoupage de la mission jeunesse au sein des institutions… si certains objectifs sont louables, les mises en oeuvre sont souvent très discutables. À se demander s’il y a une réelle cohérence entre préoccupations et solutions…
Or il existe des lieux irréductibles où la vision de la jeunesse semble moins terne, où l’engagement est bien présent, où la mixité se vit et où la jeunesse n’est que force de proposition, d’initiative : le scoutisme en fait partie.

« La jeunesse s’engage, engagez-vous pour la jeunesse »

« La jeunesse s’engage, engagez-vous pour la jeunesse », tel est le message que les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France ont porté grâce au projet « Esprit scout » lors de la Route du Rhum 2018. Car, oui, nous en sommes convaincus et témoins : les jeunes s’engagent ! Le projet même du scoutisme repose sur la notion de l’engagement, c’est l’un de ses fondamentaux et ce sont 120 000 scouts en France et près de 50 millions de par le monde qui le vivent.

Cet engagement des jeunes existe

Dès 8 ans, nous invitons les enfants puis les jeunes à s’engager dans un groupe en prononçant leur promesse ; un geste fort, qui peut sembler symbolique, mais invite surtout à agir pour les autres. C’est là le sens de l’engagement, qu’il soit sur des valeurs ou dans la société. Il est l’aboutissement d’un parcours, de rencontres ou encore de révoltes. Cet engagement des jeunes existe, et nous nous efforçons de le rendre possible grâce à notre projet : former des citoyens, engagés et solidaires, soucieux de leur environnement.

Mais ce chemin ne se fait pas seul. Nous y accompagnons les jeunes par une posture pédagogique qui s’articule en trois temps : les reconnaître en tant que personnes dans un collectif, appuyer leur
progression personnelle et enfin identifier leurs compétences. La vie d’une éclaireuse, d’un éclaireur est jalonnée d’instants privilégiés pour lui permettre de se connaître et se reconnaître.

Chaque moment important – une remise de foulard, la promesse (pour l’arrivée dans le groupe), les talents ou pistes (projet personnel) ou encore la passerelle (rite de passage d’entrée dans la guilde pour les plus de 14 ans) – est marqué par des instants de fête, de valorisation ou encore des actes symboliques. Le jeune parcourt des étapes, des rites et c’est par là-même qu’il construit ou approfondit la capacité à s’engager pour les autres, dans la société, sur des valeurs. Ces étapes clefs sont structurantes pour lui et s’il est bien un lieu et un cadre où il peut les franchir, c’est dans le scoutisme.

Pour ma part, à la place que j’occupe, je suis de plus en plus ébahie par la capacité de la jeunesse à s’engager, se positionner et innover. Une question demeure, cependant : leur donnons-nous les outils et la place pour le faire, dans une société où l’immédiateté et le profit l’emportent sur la richesse de l’émerveillement et des relations humaines ?

Extrait du Proteste 159, septembre 2019

Nadine Marchand
secrétaire générale des EEUdF



Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :

Pour aller plus loin

Voir toutes les actualités >