FEP - Fédération d'Entraide Protestante  /  Voyage au cœur d’une épicerie sociale

Voyage au cœur d’une épicerie sociale

Accueil de l’étranger
Enfance – Jeunesse
Handicap
Lutte contre les exclusions
Personnes âgées
Santé

Sans titre-1

Une petite porte près d’un temple protestant mène à un couloir. Sur des bacs, remplis de jouets et de vêtements, est écrit « Servez-vous ». En allant au fond du couloir, on arrive à une salle d’attente où quelques bénéficiaires sont assis patiemment, un café à la main servi par les bénévoles. Bienvenue à l’épicerie sociale de l’Entraide de l’Annonciation, à Paris.

L’entretien avec l’un des responsables est un passage obligatoire pour chaque nouveau bénéficiaire. Avoir un bon social signé par l’assistante sociale du CCAS de la mairie du XVIème arrondissement est primordial. Celui-ci est à renouveler chaque mois. Ce système suppose que pour être bénéficiaire de l’épicerie, il faut résider dans le quartier. Mais dans les faits, les personnes en grande précarité venant d’ailleurs sont tout de même accueillies. Plusieurs données (salaire, aides sociales, loyer, nombre d’enfants…) sont prises en compte pour finaliser le dossier et déterminer le tarif ainsi que la quantité d’aliments qui peut être reçue par chacun.

Des sources d’approvisionnement variées
L’épicerie sociale est ouverte chaque jeudi de 12h à 16h. Les étagères de l’épicerie sont remplies. Des briques de lait, des boîtes de conserve diverses et même des fruits tels que des bananes sont à disposition. La plupart des produits, qui sont stockés dans une réserve, proviennent de la collecte de la Banque Alimentaire faite en novembre. De plus, tous les jeudis matins avant l’ouverture de l’épicerie, la Banque Alimentaire fournit des produits provenant notamment de l’aide de l’Union européenne. Certains invendus de supermarchés, mais aussi des produits achetés grâce à la brocante annuelle (qui génère plus de la moitié du budget de l’association) sont également fournis.

Fonctionnement
En suivant le parcours habituel d’un bénéficiaire effectuant ses achats, plusieurs étapes sont à respecter. Le bénéficiaire se présente, le bénévole qui l’accueille dispose d’une fiche de suivi où l’on y trouve des informations sur son dossier et la liste de ses derniers achats. L’usager sera accompagné par le bénévole.
Certains aliments sont rationnés : par exemple, l’huile, le sucre ou le café sont autorisés une fois par mois ou tous les 15 jours selon le nombre de membres dans la famille. À l’inverse, d'autres produits sont disponibles chaque semaine, tels que des produits d’hygiène provenant de l’Agence du don en nature ou encore des boîtes de conserve de raviolis ou de petits pois, parfois siglées « UE ».

Au-delà de l’aide alimentaire, un lieu de rencontres et de partage
Grâce à de nombreuses activités, les uns et les autres tissent des liens et se retrouvent comme une grande famille ou bien entre copines pendant les ateliers qui permettent à chacun de s’évader du quotidien. Chaque jeudi après-midi à tour de rôle, l’Entraide de l’Annonciation propose différents ateliers tels que les ateliers « cuisine » ou « peinture », qui sont animés par les bénévoles. De plus, des cours de français langue étrangère (FLE) sont enseignés au sein de l’Entraide, pour permettre une meilleure intégration des étrangers. L’épicerie n’apparaît donc pas seulement comme un lieu d’achat mais aussi comme un lieu de rencontres et de partage.

 

Ségolène Durand
Volontaire en service civique, mission « Aide alimentaire »

Source : Initiative, Proteste n°138, juin 2014



Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :

Pour aller plus loin

Voir toutes les actualités >