FEP - Fédération d'Entraide Protestante  /  Les entraides : créatrices de lien avec les personnes âgées

Les entraides : créatrices de lien avec les personnes âgées

Accueil de l’étranger
Enfance – Jeunesse
Handicap
Lutte contre les exclusions
Personnes âgées
Santé

Sad lonely pensive old senior woman

Conséquence d’un individualisme exacerbé, les personnes souffrent de plus en plus d’isolement et de solitude, nos aînés particulièrement. Pour sensibiliser l’opinion sur ce phénomène qui compromet le vivre-ensemble, la FEP a intégré cette année le programme gouvernemental Monalisa, acronyme de Mobilisation nationale contre l’isolement social des âgés.

Les entraides de paroisse mènent des actions de lutte contre l’isolement des séniors.
Mais ces dernières sont mal connues et insuffisamment valorisées. Pourtant, elles sont bien réelles et contribuent à endiguer la solitude des personnes, un phénomène souvent aggravé par la précarité.

Ce qui motive les entraides
Interrogé sur les raisons qui amènent une entraide à se soucier et s’occuper des aînés, un bénévole affirme : « Les aider est une manière de continuer les œuvres qu’ils avaient faites avant nous. Or cette aide prend maintenant une signification toute particulière pour eux, car ils en sont les bénéficiaires ». Un autre témoigne : « J’ai remarqué qu’à la sortie du culte beaucoup repartaient seuls et je me suis dit que l’entraide devait réfléchir à améliorer la situation des personnes qui sont seules toute la semaine ». Le souci de ne pas oublier « les anciens serviteurs », de leur venir en aide en reconnaissance du temps et des forces qu’ils ont donnés étant plus jeunes, semble être la motivation principale. Mais comment joindre ces personnes, de plus en plus « inaccessibles » parce que seules ?

Détecter les personnes isolées
« Être attentif, au culte, aux gens présents et ceux qui avaient l’habitude de venir et qui ne viennent plus », « le bouche à oreille », « aborder ce sujet en réunion de l’entraide », « passer des coups de fils régulièrement pour prendre des nouvelles », voilà les moyens les plus utilisés pour garder le contact. Certaines structures envoient même des enquêtes aux paroissiens pour les sonder sur leur situation personnelle quant à leur propre isolement et celui supposé de leur entourage, et sur les outils à développer pour les aider personnellement et leur permettre de tisser des liens avec leurs amis isolés. Ce type d’enquête anonyme permet de contourner un écueil de taille : par sentiment de honte certainement, les personnes âgées souffrant d’isolement ne demandent généralement pas à être soutenues, même si elles en éprouvent le besoin.

Actions pour rompre l’isolement
Des groupes de visiteurs se rendent régulièrement au domicile des personnes âgées, pour discuter et partager des bons moments. Certains sont en lien avec des maisons de retraite ou des hôpitaux pour proposer des animations sur place ou, quand l’état de santé le permet, des sorties à la paroisse, au culte du dimanche ou à des manifestations culturelles en ville. Pour le suivi, un cahier des visites, rempli par les visiteurs, fait état des dernières nouvelles des personnes visitées, qui seront lues en réunion d’entraide ou avant le culte.
Tout au long de l’année, durant l’été et pendant la période de Noël, des moments festifs et conviviaux sont organisés : repas partagés, soirées concert, « le goûter du jeudi », des ateliers créatifs… Les aînés sont invités à prendre part à l’organisation de ces événements en préparant des gâteaux par exemple.
Afin de faciliter leur mobilité, des covoiturages sont organisés pour leur permettre d’assister aux activités de l’entraide et de la paroisse, d’aller voter ou de visiter une exposition.
« Leur rendre le sentiment d’être utiles », insistent de nombreux bénévoles, est sans doute l’enjeu le plus important. Par exemple, « nous donnons de la laine aux veilles dames et nous récupérons plus tard les tricots (pulls, carrés pour couvertures…) qui seront donnés à des personnes en grande précarité ou envoyés en Arménie et au Maroc ».
Aider les personnes isolées tout en leur proposant d’être « acteurs » : un bon moyen de maintenir et développer des liens sociaux et fraternels !

 

Nicolas Derobert
Rédacteur en chef du magazine Proteste

Source : Médico-social, Proteste n°138, juin 2014



Partager cette actualité sur les réseaux sociaux :

Pour aller plus loin

Voir toutes les actualités >